Skip to content

Actualité de la Joaillerie

La Maille : L’art de la Chaîne

par Julie MIALET 28 Aug 2023

 

Maille marine, maille forçat, maille tubogaz, maille polonaise, ces noms évoquent ils quelque chose pour vous ? Si vous êtes passionné de joaillerie, de bijoux anciens des XVIIIeme, XIXeme et XXeme siècles, ou de bijoux art nouveau, art déco, rétro ou vintage, ces noms vous parleront sûrement ; Dans cet article, Les Pierres de Julie vous propose de lever le voile sur une tradition joaillière ancestrale, ses principales caractéristiques techniques et son savoir-faire.

 

Histoire de l’apparition de la maille :

La bijouterie est un art préhistorique qui apparaît avec les premières sociétés il y a 130 000 ans. A cette époque, le travail ne consistait encore qu’en façonnage d’os, de coquilles et de perles. Il faut attendre l’âge du métal, aux environs de 6000 avant notre ère, pour que l’homme commence à maîtriser la métallurgie. Durant cette période sont réalisés les premiers ouvrages simples en cuivre, en or ou en argent issus de métaux natifs que l’homme pouvait trouver à l’état naturel. C’est avec l’antiquité, quelques siècles plus tard, que les premières traces de mailles apparaissent dont certaines ont pu être retrouvées dans des trésors grecs ou égyptiens datant de cette période. Ces artefacts indiquent que très vite la maille est devenue de grande qualité et que sa réalisation n'était limitée que par l’imagination des orfèvres.

Si à l’origine le procédé se développe autour du bassin méditerranéen, au fil du temps il s’étendra dans les terres. Les celtes étaient d’ailleurs les maîtres de cet art au début de notre ère et le détournèrent pour la guerre en créant les fameuses cottes de mailles. Cette nouvelle protection devient un symbole de statut social (Elle coûtait très cher) et s'exporte partout en Europe et notamment dans la légion romaine. Depuis lors, le procédé a été utilisé jusqu’à notre époque avec des variations dans l'utilisation de nouveaux alliages et de nouveaux types de mailles.

 

Les types de mailles :

La maille joaillère est un procédé directement dérivé du tissage. D’une manière similaire au tricot, le maillage consiste en un entremêlement soit de fils de métal soit d’anneaux. Les Pierres de Julie vous propose un petit tour d’horizon des principaux types de mailles, en or jaune, rose ou gris pour la plupart en or 18 carats mais aussi en platine ou en argent.

 

Les mailles à anneaux :

La Maille Forçat se compose d’anneaux ovales imbriqués les uns dans les autres. Chaîne la plus commune, son nom fait référence aux colonnes des bagnards, un rappel immédiat de la nécessité d’une maille solide et simple pour éviter les évasions. Des variations de cette maille existent avec des anneaux plus ou moins limés ou biseautés pour la rendre plus plate.

 

La Maille Cheval prend son nom de la forme des longs maillons ovales et aplaties qui la compose et qui rappellent les colliers d’épaules équestres. C’est aussi l’une des chaînes les plus communes.

 

La Maille Figaro est très similaire à la maille cheval mais inclura trois anneaux ronds entre chaque anneau allongé. Son nom pourrait être une référence au mariage de Figaro de Beaumarchais, les anneaux représentant les jeux des différents personnages.

 

La Maille Marine s’inspire directement des chaînes retenant les ancres des navires. De nature fonctionnelle à l’origine, cette maille se compose d’anneaux traversés d’une barre et ont vu leur forme profilée pour faciliter le lever de l’ancre par les barbotins. Cet esprit marin très ancré dans les collections de la maison Hermès fera que l’un sera un synonyme de l’autre.

 

La Maille Vénitienne, reconnaissable par ses maillons de formes quasiment carré est une maille typique de l’artisanat italien et plus particulièrement vénitien comme son nom le suggère. Rapportée de Constantinople par les marchands de la sérénissime au VIème siècle, cette maille se démocratise parmi les vieilles familles de l'État ducal. Une tradition qui en découle verra que chaque mère de famille divisera sa chaîne en plusieurs parts pour assurer les dots de ses filles. Un autre nom pour ce motif sera « Chaîne Manin » du nom d’une famille qui marquera par sa richesse et son importance l’histoire de la ville. En effet le dernier Duc de Venise, Ludovico Manin IV, fut forcé d’abdiquer par le futur Empereur Napoléon 1er, à l’époque encore général de l’armée d’Italie.

 

La Maille Royale, Byzantine ou Péruvienne, est composée de simples anneaux ronds, à ceci près qu’ils sont doublés, imbriqués les uns dans les autres de manière précise pour former un motif complexe et épais. Malgré le nom de « maille Byzantine » qu’elle peut arborer, il est difficile d’être catégorique sur cette affiliation.

 

La Maille Corde est construite pour donner l’illusion d’une corde de deux brins tressés par l’entremêlement de plusieurs anneaux les uns à la suite des autres.

 

La Maille Filigrane voit ses maillons enrichis de motifs parfois complexes, comme brodé d’arabesques en fin fils d’or. La technique du filigrane est une spécialité Portugaise que nous pouvons faire remonter à la conquête du nouveau monde au XVème siècle. A cette époque le Portugal colonise le Brésil et en ramène une quantité d’or extraordinaire qui fera connaître à l’art joaillier un énorme boom dans le pays.

 

La Maille Grain de café tient tout simplement son nom de la forme de ses maillons. Cartier est sûrement l’utilisateur le plus célèbre de cette maille dont il a décliné toute une collection.

 

La maille américaine est une maille épaisse et harmonieuse, avec des maillons arrondis et ciselés.

                                                                                                                       

 

Les autres mailles :

La Maille Tubogaz, ou Serpent, est issue de la révolution industrielle. En effet, initialement le Tubogaz est un nouveau système de tuyau souple servant à transporter du gaz sous pression à une époque où ce dernier prédomine encore l’électricité. Ce n’est que durant l’entre-deux guerres et particulièrement à partir de l’exposition universelle de 1937 que l’objet pratique deviendra un symbole de la joaillerie. Porté sur le devant de la scène par les maisons Van Cleef and Arpels et Bulgari, cette maille prendra le nom de « Serpent » en référence à son motif enroulé dont on reconnaît facilement le cousinage avec le reptile.

 

La Maille Polonaise est certainement l’une des plus larges et épaisses pour cause qu’elle se construit comme une véritable tapisserie composée d’une succession de fils tissés en enroulement.

 

La Maille Boule se compose d’une succession de perles de métal reliées les unes aux autres pour former une chaîne. Cette maille est également connue sous le nom de maille GI depuis la seconde guerre mondiale où les soldats américains ont commencé à l’utiliser pour porter leurs plaques d’identifications.

 

A noter qu’au XXème siècle le grand maître de la maille en France fut Georges Lenfant dont nous avons parlé dans un autre article.

 

Et vous ? Quelle maille a le plus attisé votre curiosité ? Préférez-vous les chaînes à anneaux ou tressés ? Si vous êtes intéressés par les mailles en joailleries, n’hésitez surtout pas à découvrir ce que les Pierres de Julie vous propose en boutique…

Nous sommes aussi disponibles pour toute expertise gratuite de vos bijoux, pour cela vous pouvez envoyer un mail avec vos photos à contact@lespierresdejulie.com.

Soyez les bienvenus dans notre boutique du village suisse du 15ème arrondissement parisien !

Article précédent
Article suivant

Thanks for subscribing!

This email has been registered!

Shop the look

Choisissez les options

Back In Stock Notification
Terms & Conditions
Les présentes Conditions Générales d’Utilisation sont à jour au 5 Novembre 2022

> Lire les CGV
this is just a warning