Skip to content

Actualité de la Joaillerie

Kutchinsky, le Joailler qui voulait concurrencer Fabergé

par Julie MIALET 25 Apr 2023

La maison Kutchinsky est une lignée de joailliers ayant marqué l’Angleterre au milieu du XXème siècle.

Originaire de Pologne, la famille Kutchinsky arrive à Londres en 1893. Déjà forte d’une expérience acquise au service de la cour de Louis de Bavière, elle ouvre la même année son premier atelier de joaillerie dans l’East End.

En 1930 la maison Kutchinsky évolue grâce à l'arrivée dans celle-ci de la troisième génération. Celle-ci comprend très vite l’importance d’un travail de qualité ainsi que d’un service de premier ordre. Ce souffle nouveau voit l’enseigne familiale déménager sur Brompton Road, dans l’élégant quartier de Knightsbridge.

Le style de la maison connaît un véritable renouveau dans les années 40 et 50. Les bijoux deviennent volontairement ostentatoires pour célébrer la fin de la guerre et de ses restrictions. Le luxe est en plein essor et la Maison Kutchinsky y participe en créant broches, bracelets, boucles d’oreilles et bagues serties de toujours plus de diamants, de pierres de couleurs, de coraux ou de turquoises aux tailles variées. Comme Boucheron en France, Kutchinsky se taille une nouvelle réputation en créant des bijoux aux formes animalières qui forment années après années une ménagerie toujours plus importante.

Le succès continu dans les années 60 et 70 avec un style de bijoux très texturé dans le gout de Sterlé, Grima, Fred ou Chaumet. Durant cette période la maison affirme son appétence pour les mélanges de pierres dures et précieuses. Ainsi elle fait beaucoup l’utilisation de lapis-lazuli au coté de diamants, de corail au côté de saphirs, d’agate ou de malachite au coté de rubis ou d’émeraude ainsi que de turquoise. C’est aussi durant cette période que Kutchinsky collaborera avec certains horlogers comme Chopard pour la réalisation de montres.

 

Surtout connu au Royaume-Uni, la maison aura une grande variété de clients étrangers notamment en provenance du moyen orient. En 1990 le dernier héritier Paul Kutchinsky aura pour lubie la réalisation d’un œuf de joaillerie dans l’idée de ceux de Fabergé dont il est un admirateur et cet œuf devra être le plus grand du monde. L’œuf fini sera nommé « Argyle Library Egg » et sera phénoménal avec plus de 15 kilogrammes d’or et plus de 24 000 diamants roses choisis à la main en collaboration avec la mine australienne d’Argyle, la seule à produire ces diamants de couleurs. Il pouvait s’ouvrir par un mécanisme sur tout un pan pour dévoiler une miniature de bibliothèque paré de portraits en émail et pour dévoiler toujours plus de diamants.

Cet œuf sera la fierté et la perte de la maison Kutchinsky. Après un tour du monde pour le présenter, il développera des défauts dans son mécanisme rendant son ouverture impossible. Dans l’impossibilité de le réparer et n’ayant pas de client pour l'acheter, la maison fera faillite. Après presque un siècle, la maison sera rachetée en 1991 par la maison Moussaieff elle-même anglaise. L’œuf, lui disparaîtra dans les collections de la mine Argyle pendant presque vingt ans avant d’être racheté par un entrepreneur Japonais pour son hôtel particulier de Tokyo

.

Si vous êtes intéressés par les bijoux Kutchinsky, n’hésitez surtout pas à découvrir ce que les Pierres de Julie vous propose en boutique…

Nous sommes aussi disponibles pour toute expertise gratuite de vos bijoux, pour cela vous pouvez envoyer un mail avec vos photos à contact@lespierresdejulie.com.

Soyez les bienvenus dans notre boutique du village suisse du 15ème arrondissement parisien !

Article précédent
Article suivant

Thanks for subscribing!

This email has been registered!

Shop the look

Choisissez les options

Back In Stock Notification
Terms & Conditions
Les présentes Conditions Générales d’Utilisation sont à jour au 5 Novembre 2022

> Lire les CGV

The present General Conditions of Use are up to date on November the 5th 2022

> Read the GCU
this is just a warning