Skip to content

Actualité de la Joaillerie

Jean Vendome, le renouveau de la joaillerie française

par Julie MIALET 17 Jun 2023

 

Né Ohan Tuhdarian en 1930 à Lyon, Jean Vendome incarne le renouveau de la joaillerie française des années 1960-70. Il est notamment réputé pour ses bijoux innovants qui combinent tradition et modernité dans le but de créer des modèles uniques, modernes et audacieux. C’est à l’âge de 13 ans qu’il fait son apprentissage dans le monde de la joaillerie chez son oncle.

Jean Vendome dans son atelier, crédit Archive Jean Vendome

 

En 1945, il obtient son premier prix. S’ensuivent alors quatre années de cours de gemmologie à laquelle il voue un réel intérêt. C’est à 18 ans seulement qu’il crée son premier atelier à Paris où il réalise des pièces pour d'autres maisons de la joaillerie française. En 1950, il ouvre sa première boutique 81 boulevard Voltaire, dans le 11ème arrondissement.

La boutique du 352 rue Saint-Honoré, crédit Archive Jean Vendome

 

Le nom qu’il choisit, comme un clin d'œil aux grands noms de la place Vendôme, est déjà caractéristique de l’ambition du personnage. Lors de son choix de nom il dû retirer l’accent circonflexe car le terme « Vendôme » ne lui a pas été octroyé: le Comité de la Place Vendôme protège ce nom.

Tout au long de sa carrière, Jean Vendome délaisse la recherche du motif au profit du matériau. Il est l’un des premiers joailliers à rechercher l'abstraction dans la joaillerie, faisant ainsi de ses bijoux des œuvres d’art.

Collier Fidji, 1988, crédit Collection LAURASAR, Photo Benjamin Chelly



Les bijoux transformables ainsi que le nouveau travail des métaux et des pierres habituellement inutilisées sont les caractéristiques de ce maître joaillier. Il avait pour habitude de combiner des pierres à des designs aux formes géométriques.

Plus intéressé par les possibilités offertes par les matières brutes, Jean Vendome s'émancipe de la tradition joaillière française pour créer de véritables sculptures portatives.

En 1952, avec la série Pépite, il souligne la beauté de l’or et c’est grâce à cette collection qu’il se fait reconnaître en tant que maître de la tendance baroque.

C’est en 1955 qu’il crée la ligne survol, puis par la suite le tout premier collier cravate serti d’améthystes.

En 1959, il découvre les œuvres de Laurent Jiménez-Balaguer et une forte amitié se créée entre les deux familles.

Broche Nocturne, 1962, crédit Collection Didier Guérin, Photo Benjamin Chelly

 

La ligne Cosmos verra le jour en 1965 et l’année d’après Jean Vendome participe à l’exposition « La perle japonaise » qui a lieu au Palais d’Orsay, à Paris. Deux ans plus tard, il expose ses bijoux avec ceux de Georges Braque dans une galerie située à Paris. Viendra après, à partir de 1971, toute une série de commandes d’épées d'académiciens dont la toute première fut réalisée pour Roger Caillois.

Epée d'académicien de Roger Caillois réalisée en 1971, crédit Thierry Vendome

 

Chasseur de cristaux et de gemmes brutes, grand connaisseur et passionné de pierres, il construit ses bijoux autour des trésors qu’il trouve dans les foires et salons du monde entier: Tucson en Arizona, Sainte Marie aux Mines en France. Bruts de tourmaline, bruts d’améthyste, quartz, quartz rutilé, agate, lapis lazuli, dioptase, perles baroques mais aussi des pinces de crabes, des coquillages, du corail …

 

L'arbre aux Tourmalines, 1977, crédit The French Jewelry Post 

 

Ne travaillant pas avec les méthodes de monture traditionnelles de la joaillerie et réalisant absolument tout lui-même, Jean Vendome dispose les pierres afin d’avoir le rendu le plus étonnant. Elles sont disposées le plus souvent en tranches et sont très rarement taillées, l’aspect naturel étant ce que recherche avant tout le créateur.

Bague Tourmaline, 1982, crédit The French Jewelry Post

 

On compte environ 30 000 bijoux, quasiment tous des pièces uniques car il ne voyait pas l’intérêt disait il de « copier une émotion unique ». C’est un travail en avance sur son temps et plus que jamais en vogue. Comme il aimait le rappeler « Le bijou est un art et non un produit de consommation ». 

Bague Cube, 1975, crédit Benjamin Chelly

 

Consécration ultime, il fait désormais partie de la collection des musées les plus prestigieux au monde: le Musée des Arts Décoratifs de Paris et le Museum of Fine Arts de Boston. Du 8 octobre 2020 au 28 août 2021, une rétrospective lui est consacrée à l’école des arts joailliers Van Cleef and Arpels: 31 rue Danielle Casanova dans le deuxième, à deux pas de la Place Vendôme. Un sublime article a été écrit par le magazine des Beaux Arts en partenariat avec l’école des arts joailliers.

C’est en 2007 que ferme le magasin situé rue Saint-Honoré. Jean Vendome était considéré comme le maître de la joaillerie contemporaine. Le joaillier meurt le 9 août 2017.

Merci à Thierry Vendome pour la sauvegarde du travail de son père.

 

Si vous êtes intéressés par les bijoux vintages de créateurs n’hésitez surtout pas à découvrir ce que les Pierres de Julie vous propose en boutique…

Nous sommes aussi disponibles pour toute expertise gratuite de vos bijoux, pour cela vous pouvez envoyer un mail avec vos photos à contact@lespierresdejulie.com.

Soyez les bienvenus dans notre boutique du village suisse du 15ème arrondissement parisien !

Article précédent
Article suivant

Thanks for subscribing!

This email has been registered!

Shop the look

Choisissez les options

Back In Stock Notification
Terms & Conditions
Les présentes Conditions Générales d’Utilisation sont à jour au 5 Novembre 2022

> Lire les CGV
this is just a warning