CONGES ANNUELS DU DIMANCHE 30 JUILLET AU DIMANCHE 3 SEPTEMBRE -RE OUVERTURE LE LUNDI 4 SEPTEMBRE / THE GALLERY IS CLOSED FROM SUNDAY 30th OF JULY until SUNDAY 3rd OF SEPTEMBER - RE OPENING MONDAY THE 4TH OF SEPTEMBER

Les gemmes des Joyaux de la Couronne au Musée de Minéralogie de Paris

Pour la première fois, le musée de la minéralogie de Paris, va sortir de ses réserves des dizaines de gemmes de qualité exceptionnelle ayant servis aux joyeux de la couronne.

C'est un musée très peu connu du grand public, qui se situe des les locaux de l'école des Mines de Paris, près du jardin du Luxembourg.

Ses collections remontent au XVIIIème siècle. Elles sont issues d'un cabinet de minéralogie et se sont accrues de collections de roches, de minéraux, de gemmes et de météorites au fil des ans et des siècles.

Ce sont en tout trois vitrines de gemmes des Joyaux de la Couronne de France, entrées dans la collection en 1887, qui seront exposées à partir du 5 janvier 2016.

Ainsi on pourra y admirer des suites d’émeraudes, de topazes roses et d’améthystes qui nous permettent aujourd'hui de raconter l'histoire des joyaux de la couronne, symboles de cour et instruments de pouvoir.

Les pierres exposées ne sont pas montées. les rois et les reines les récupéraient, puis les sertissaient et les dessertissaient au gré de leurs envies. Les topazes rose par exemple, furent ainsi portées en parure par l'impératrice Marie Louise. Les émeraudes quand à elles, étaient serties sur la couronne impériale de Napoléon III. Aussi brillantes et nombreuses soient-elles, ces gemmes ne représentent qu'une partie infime de ce qui existait autrefois. Longtemps considérés comme des objets personnels, les joyaux deviennent transmissibles et donc invendables sous François 1er. Dès lors, on les retrouve, montés, remontés, retaillés dans une couronne, une toison d'or ou bien au cou d'une Reine....Parfois même gagés pour financer des campagnes militaires!!!

La période révolutionnaire sonne le glas de ces collections. En 1792, ils sont volés puis retrouvés à l'exception d'un diamant bleu. Napoléon 1er et Napoléon III acquirent aussi beaucoup de joyaux mais la république dilapidera le tout.

C'est Sadi Carnot, en 1887, qui décida de les vendre à l'exception de quelques gemmes que l'on peut encore aujourd'hui admirer au Musée du Louvre, au muséum d'histoire naturelle et aux Mines.

Plus d'informations: Musée de la minéralogie, exposition des joyaux de la couronne

A propos de l'auteur

Julie Cailleux Mialet dirige une galerie d'art, La Tour Camoufle, au Village Suisse à Paris, spécialisée en meubles, objets et tableaux des 18ème et 19ème siècles. Parallèlement à cette activité, sa passion pour la gemmologie et les pierres précieuses l’a poussé à suivre un cursus de formation de 4 ans en gemmologie. Elle est diplômée de l'Institut de Gemmologie à Paris depuis 2004. En 2005, elle crée "Les Pierres de Julie" et se spécialise dans l'expertise de pierres précieuses et pierres fines.