La Tourmaline

La tourmaline est une vaste famille de pierres, dont le nom provient d’un vieux mot cingalais, « touramalli » voulant dire « pierres de couleurs mélangées».

Cette famille regroupe différentes appellations: elbaite, tsilaisite, dravite, chromedravite, liddicoatite, uvite, schorl, achroite, buergerite, feruvite, foitite, povondraite et rubellite.

La tourmaline peut revêtir chaque couleur de l’arc en ciel ou se présenter dans l’assemblage de deux ou trois couleurs. On trouve aussi des cristaux multicolores qui apparaissent avec une couleur différente de chaque côté du cristal. Il existe également des cristaux d’une couleur à l’intérieur du cristal recouverte d’une autre couleur à l’extérieur, ces dernières avec un intérieur rose et un extérieur vert sont appelées tourmalines melon d’eau.

Les tourmalines les plus rencontreés en joaillerie et bijouterie sont: - les rubellite - Les tourmalines vertes - les tourmalines dichroiques ou trichroiques - les Tourmalines Paraiba

Les principaux gisements de Tourmalines se trouvent au Brésil. En 1989, des mineurs brésiliens ont découvert une tourmaline comme ils n’en avaient jamais vu auparavant. Ce nouveau type de tourmaline, appelée Paraiba, possède des teintes de bleu extrêmement vives. Cette pierre très rare, colorée par du sulfate de cuivre et une minuscule quantité d’or, atteint des prix extrêmement élevés.

La tourmaline a été trouvée il y a longtemps en Afrique, dans les monts Oural en Russie et dans d’autres pays d’Europe, mais les découvertes les plus importantes ont été faites en Amérique du Nord et du Sud. Des pierres de qualité gemme ont été découvertes au début du 19eme siècle aux Etats Unis dans l’état du Maine, au Mont Mica à côté de la ville de Paris. En 1972, la mine voisine de Newry, dans la même région, donna une production d’une exceptionnelle qualité et pour un temps très bref est devenue la principale source mondiale de pierres de très haute qualité. Vers 1860, les premières expéditions issues de la ruée vers l’or entraînèrent les explorateurs dans le Comté de San Diego en Californie où ils y découvrirent de la tourmaline rose.

Après la deuxième guerre mondiale, l’immigration allemande a été considérable dans l’Etat du Minas Gerais au Brésil, là où des mines très importantes ont été découvertes. Ces immigrants ont tissé des liens étroits avec Idar Oberstein. Cette petite ville allemande est devenu le centre principal de taille pour les productions des mines de Cruzeiro, Golconda, Virgem da Lapa et d’Itatiaia (Jonas). On trouve aussi de la Tourmaline au Kenya, Madagascar, Nigeria, Mozambique, Myanmar, Russie, Namibie, Afghanistan, Pakistan et Sri Lanka.

Les tourmalines sont taillées le plus souvent en rectangles allongés. Ceci est dû à la forme longue et étroite du cristal d’origine.

La tourmaline est très fortement pléochroique. La couleur la plus foncée est toujours observée en regardant dans l’axe optique et le défi pour le lapidaire est d’orienter la pierre pour obtenir la plus belle couleur possible tout en évitant les inclusions.

La Paraiba avec sa couleur bleu très vif est la plus onéreuse de la famille des tourmalines suivie par la rubellite, de couleur rouge à rose. La mode est en ce moment à des couleurs rose “hot” que l’on trouve principalement en Afghanistan, Madagascar ou dans la nouvelle mine du Nigeria.

La tourmaline est une pierre durable si on lui évite les chocs thermiques.

Et n'oubliez jamais, toutes les pierres sont fragiles! même le diamant....

A propos de l'auteur

Julie Cailleux Mialet dirige une galerie d'art, La Tour Camoufle, au Village Suisse à Paris, spécialisée en meubles, objets et tableaux des 18ème et 19ème siècles. Parallèlement à cette activité, sa passion pour la gemmologie et les pierres précieuses l’a poussé à suivre un cursus de formation de 4 ans en gemmologie. Elle est diplômée de l'Institut de Gemmologie à Paris depuis 2004. En 2005, elle crée "Les Pierres de Julie" et se spécialise dans l'expertise de pierres précieuses et pierres fines.